Les sciences de la société
et des arts dans la cité

9

mai

-

22

juin

2019

9 mai - 22 juin 2019

jeudi 20 juin
de 10:00
à 18:00
Atelier,Projection

JOUER - Espace de jeu, de projections et d'exposition

Un espace de jeux, de projection et d'exposition à découvrir tout au long de la journée et mis à la disposition du public

Jeux vidéo

A Crossing Industry – Cédric Parizot, Douglas Edric Stanley, Robin Moretti. Conçu et réalisé par un anthropologue et deux artistes, ce premier trailer de jeu vidéo se veut être un documentaire interactif, au croisement de la recherche et de la création artistique.

Mµ – Nicolas Doduik. Mµ est un jeu, une balade numérique qui se déroule au Mucem à l’aide de votre téléphone portable.

New Atlantis – Peter Sinclair. New Atlantis est un monde virtuel, en ligne et en réseau, “multi-utilisateurs”, dédié à l’expérimentation sonore.

Bs’W·Sim – Karine Michel. Initié par Philippe Aldrin, le serious game Bs’W·Sim est un jeu a visée éducative. Ce serious game de négociation internationale propose aux étudiant-e-s de master une immersion dans la fabrique de la décision européenne.

La ville, c’est qui ? Déconstruire la décision publique locale par le jeu – Elise Ho Pun Cheung. Parler d’action publique à un jeune public n’est pas chose aisée. « La fabrique de la ville » consiste en un jeu de plateau dont l’objectif pédagogique est de mettre en avant la pluralité d’acteurs impliqués dans la décision publique et ainsi la complexité de celle-ci.

Let’s Play Science ! Cosmétique, publicités et images du corps ; incarnez un influenceur grâce au réseau social « Swagram » – Benjamin Coulomb et Simon Chupin (Histoire – LARHRA – Université de Grenoble).

« Enterre-moi, mon Amour » –  Pierre Corbinais et Florent Maurin (Arte) – Enterre-moi, mon Amour est un jeu vidéo basé sur l’échange de messages texte. Il raconte l’histoire de Nour, une jeune Syrienne qui décide de fuir son pays natal pour trouver refuge en Europe. Majd, son mari, doit rester en Syrie pour s’occuper de sa famille. Mais il est en contact avec Nour grâce à une application de messagerie instantanée, pour l’assister du mieux qu’il peut et l’aider à atteindre sa destination saine et sauve.

Espace projection autour d’Harun Farocki

Harun Farocki  (1944-2014) est un cinéaste, critique et théoricien d’origine allemande. En 1990, il réalise ses premières installations ; des œuvres qui lui permettent d’analyser à la fois la construction des images et leur réception.

Serious Games I : Watson is Down – À l’automne 2009, Farocki filme un exercice à la base du Marine Corps Twenty-nine Palms en Californie.Quatre marines assis en classe représentent les membres de l’équipage d’un char. Ils ont des ordinateurs portables devant eux avec lesquels ils conduisent leur propre véhicule et regardent d’autres soldats de leur unité qui évoluent dans un paysage d’animation. Malgré toute cette attention portée aux détails, la mort dans le jeu vidéo reste quelque chose de différent que dans la vraie vie.

Serious Games II: Three Dead – A nouveau à Twenty-nine Palms, nous suivons un exercice qui mobilise environ 300 figurants qui représentent à la fois la population afghane et irakienne. Une petite douzaine de Marines de garde sortent pour une patrouille. La ville où la manœuvre est mise en scène se trouve sur une légère pente dans le désert et ses bâtiments sont faits avec des containers. C’est comme la réalité avait été modélisée dans une animation informatique.
(Harun Farocki)

Serious Games III : Immersion – Pour l’installation vidéo Immersion, Farocki a assisté à un stage organisé par un centre de recherche sur la réalité virtuelle et la simulation informatique (The Institute for Creative Technologies). Un des projets du centre concerne les thérapies pour les vétérans de la guerre souffrants de syndrome de stress post-traumatique. Farocki s’intéresse à l’usage des réalités virtuelles and des jeux vidéo dans les phases de recrutement, d’entrainement et aussi de thérapie pour les soldats.

Serious Games IV : A Sun without Shadow – Ce chapitre s’intéresse au fait que les images avec lesquelles les exercices de guerre sont préparés sont très similaires aux images avec lesquelles la guerre est évaluée après coup. Mais il y a une différence : le programme pour commémorer les expériences traumatiques est de moins belle facture. Rien ni personne ne fait ici l’objet d’une ombre.

Jeux de plateau

Jeu de L’oie sur l’agriculture et l’environnement: à chacun sa voie pour une agriculture plus durable ! – Lucie Bruis (LPED – AMU- CNRS).

Jeu de L’oie sur le droit maritime et l’environnement : frontières et protections de la mer – Wissem Seddik (Droit international) Droit et environnement.

 

 Enquête et exposition photo

Requalification de la place Jean Jaurés, Marseille : contre-projet d’aménagement – Audrey Bouffié (TELEMMe, AMU-CNRS) – Présentation d’une enquête en sociologie.

Une exposition photo d’un périple à Lisbonne – Louisette Garcin (TELEMMe, AMU-CNRS) géographie.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin